fbpx

Comment sortir d'un burn out quand ta tête est un vrai

burnout illustration
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

C’était le 10 janvier, je suis arrivé au boulot ce jour-là, une heure en avance, j’étais réveillé depuis 5 heures du matin. De toutes façons, l’idée était de partir, plus tôt, ce soir-là. Mais le moins qu’on puisse dire c’est que les choses ont pris une toute autre tournure !

A 9 heures, j’ouvre ma boite mail, je fait l’inventaire des tâches programmées pour la journée auxquelles s’ajoute une demi-douzaine d’autres qui n’étaient pas prévues au menu. 

A 9 heures 45, je contemple l’ampleur de la tâche pendant une vingtaine de minutes sans pouvoir bouger, je suis incapable de m’y mettre comme paralysé par la montagne qui me fait face. 

“Par quoi commencer ?” Cette simple question, est pour moi, à ce moment-là, insoluble. Les pensées passent, s’entrechoquent, disparaissent et je suis incapable de me rattacher à l’une d’entres elles. 

Il est maintenant 10 heures et tout bascule. Mon cœur s’accélère, ma respiration se fait de plus en plus saccadée jusqu’à me retrouver dans l’incapacité à répondre à de simples demandes ! Je fais une overdose de cerveau, je déborde de partout, tous les signaux de la crise de panique clignotent en même temps. 

A 10 heures 30, je suis renvoyé chez moi et je ne remettrai plus jamais les pieds dans ma boite.

Après un bref passage chez mon médecin, qui me diagnostiquera un burn-out carabiné, je me retrouve prostré dans mon canapé me demandant si ce qui vient de se passer est bien réel.

En repassant le film des derniers mois, et avec toute la lucidité dont je fais preuve, il est évident que tout cela ne pouvait pas avoir une autre issue. 

J’avais laissé ma surcharge de travail s’immiscer dans chaque recoin de ma vie, faisant de ma vie professionnelle et de ma vie personnelle un seul et même amas inextricable. 

Si j’arrivais à extraire de mes journées une heure pour aller au cinéma, pour aller restaurant avec ma copine, ou simplement pour me promener, chacun de ces moments était contaminé par des pensées envahissantes et angoissantes de délai à respecter, de tâches à réaliser pour le lendemain. Mes nuits en étaient également imprégnées, planifiant la journée du lendemain dans mes rêves, des heures supp qui ne me seront pas facturées. 

J’aurais pu arrêter tout ça avant que mon incendie hémorragique intérieur ne finisse par me consumer totalement mais comme la plupart des gens qui sont sur l’autoroute du burn out, mon obstination irrationnelle à ne pas vouloir réduire la cadence, m’enfermait dans un déni qui s’est avéré fatal.

Comment sortir d’un burn out ? C’est donc la question qui m’accompagnera les 6 prochains mois et voici ce que j’ai pu retenir. 

Comment sortir d'un burn out?

Accepter le fait qu'il faut se reposer.

Un arrêt d’un mois ?! Mais c’est impossible ? Je n’ai jamais pris d’arrêt de travail de ma vie ! Je ne suis pas de ceux qui se laissent terrasser aussi facilement.

Malheureusement, le syndrome d’épuisement professionnel est une turbulence sismique de l’intérieur qui envoie valser toutes vos convictions. Alors quand votre médecin dégainera ses feuilles d’arrêt maladie, accepter le couperet car le burn out est un état d’épuisement émotionnel et physique tel, qu’il terrasse, puis exige.

Il est temps de retirer vos œillères car vous avez trop longtemps ignoré les signes psychologiques de votre mal être.

Comment sortir d'un burn out?

Mettre sa culpabilité de côté.

Une fois chez soi, au chaud sous les couettes, regardant les gens partir au boulot, vous risquez de ressentir une culpabilité dévorante. 

Car, dans le coin reculé de votre cerveau qui gère l’auto-dépréciation, les turbines marchent à plein régime. Mais rappelez-vous : le burn out est la maladie de ceux qui ont fait déjà plus que le maximum.

Si un ami vous annonçait qu’il devait renoncer à la course à pied pour laquelle il s’était durement entraîné car il souffre d’une entorse, le culpabiliseriez-vous ? Non, alors faîtes en autant pour vous. Le burn out est une maladie professionnelle psychique reconnue aujourd’hui par l’OMS. 

Comment sortir d'un burn out?

De la souffrance au travail à la souffrance à la maison : du temps et des remèdes.

J’ai été frappé de m’apercevoir que même débarrassé de ma charge de travail, de cette boite mail dégoulinante d’injonctions à faire, de ce bruit assourdissant que représentait mon environnement de travail, des délais loufoques qu’il m’était imposé de respecter, le stress chronique que je supportais depuis maintenant des mois était toujours bien collé à moi à la manière d’un vieux chewing-gum sous la semelle. Vous avez beau gratter, sa marque est toujours visible.

Car le surmenage professionnel, qui est souvent accompagné d’un état dépressif, ne se soigne pas en 3 séances de psy, ou avec un weekend au bord de la mer, loin de là. Il imprègne votre esprit durablement. Vous avez maintenant la certification officielle “ j’ai vécu un burnout”.

Dans beaucoup de cas, il vous faudra, alors, du temps et un ensemble de choses à mettre en place pour commencer la reconstruction. Quelques pistes d’idées que j’ai expérimenté. 

Comment sortir d'un burn out?

Plantes médicinales.

Il existe une batterie de plantes médicinales qui peuvent vous aider à éteindre le feu intérieur. 

1. Lutter contre l’épuisement émotionnel et physique avec la rhodiola Rosea.

Parmi elles, la Rhodiola Rosea, qui dans une récente étude, parue dans la revue Neuropsychitatric Disease and Treatment, attestait du fait qu’une complémentation quotidienne de rhodiole (Rhodiola rosea) permettait de réduire significativement les symptômes de l’épuisement professionnel. 

Ces résultats font suite à beaucoup d’autres qui avaient déjà mis en lumière les propriétés anti-stress, antidépressives et anti-fatigue de la plante. Un cocktail parfait de bienfaits pour les “burnoutés” ! 

2. Traiter la dépression avec le millepertuis.

Le millepertuis (Hypericum perforatum) remplacera avantageusement les antidépresseurs chimiques usuellement prescrits dans le cadre de perturbations émotionnelles modérées, sans effets secondaires notables. D’ailleurs en Allemagne, la plante est désormais 4 fois plus prisée que son concurrent le plus proche, le prozac.

millepertuis review

Nombre d’études disponible.

Cohérence Des Résultats.

0 %

Efficacitéthérapeutique.

0 %

3. Griffonia simplicifolia.

Moins connu mais néanmoins efficace, cette plante à large spectre est en mesure d’améliorer l’humeur ainsi que le sommeil

Même si beaucoup soulignent des effets très positifs, le manque d’études probantes ne nous permet pas de publier de review sur les effets de la plante Griffonia sur la dépression. 

4. Traiter l’anxiété avec l’Ashwagandha.

Utilisée depuis des millénaires dans la médecine ayurvédique, la propriété l’a mieux documentée de l’ashwagandha ou withania somnifera, est son étonnante faculté à réduire l’anxiété via la réduction du cortisol, principale hormone dans la réaction face au stress

Rhodiola et/ou millepertuis pour l’humeur, ashwagandha pour l’anxiété, vous avez ainsi des armes solides pour vous en sortir. 

Comment sortir d'un burn out?

Une autre solution, la méditation.

Pour comprendre l’intérêt de la méditation dans les pathologies liées au stress, il faut savoir distinguer le bon stress du mauvais.  Prenons l’exemple des chirurgiens cardiaques. 

Pour beaucoup, plus ils sont confrontés à des opérations complexes, de celles qui n’autorisent pas l’erreur et qui impliquent d’être rapide et précis, plus ils surnagent avec facilité et bonheur dans l’adrénaline. Ils deviennent comme extralucides, leurs gestes sont fluides et précis, la prise de décision est vive et certaine, toutes leurs ressources mentales et physiques sont focalisées sur la performance en temps réel. 

Voilà ce que le bon stress peut faire pour vous, exploiter au mieux vos compétences, votre capacité d’adaptabilité ainsi que votre énergie.

Le mauvais stress, le plus répandu, est d’une toute autre nature. En effet, il n’est pas une réponse positive à une stimulation temporaire mais un flot ininterrompu de pensées parasites qui vous poursuit toute la journée sans répit jusqu’à vous pourchasser dans votre sommeil. 

Ce stress trouve généralement sa source dans deux phénomènes : les pensées anticipatoires d’une part (j’appréhende la réunion de demain), les ruminations des erreurs passées d’autre part (pourquoi n’ai-je pas fait autrement ?).

C’est dans ce cadre-là, que la médiation prend tout son sens. Méditer c’est justement apprendre à observer avec recul ce flot de pensées nauséabondes, de les regarder s’écouler sans s’y attacher. Avec le temps, l’esprit est entraîné à ramener son attention vers le moment présent de telle sorte que votre énergie est dirigée vers ce qui compte vraiment, ce que vous êtes entrain de faire. Pensez-y, pratiquer la méditation est une super méthode de gestion du stress et de relaxation, qui pourrait bien changer votre quotidien ! 

Comment sortir d'un burn out?

Obtenez une aide thérapeutique. 

Être au fond du sac semble personnel. C’est même pour beaucoup de gens carrément gênant.

Cela peut suffire pour que vous souhaitiez garder le secret et ne le dire à personne – ce qui n’est pas la meilleure stratégie, étant donné que l’une des croyances qui mènent à l’épuisement professionnel est que vous devez vous occuper de tout vous-même.

Alors demandez de l’aide à votre médecin traitant, à un psychologue du travail ou à un psychiatre, voire à tout autre professionnels de santé compétents en la matière. Demander c’est sain, et en aucun cas, un signe de faiblesse. 

 

Si vous avez aimé cet article, nous vous invitons à nous suivre sur Facebook ! 

Cet article a 3 commentaires

  1. Intéressant essayer c’est l’adopter !?

  2. Argh ! Si j’avais pu lire ce type d’informations lors de mon burn out ……Article bien écrit, avec du bon sens et une « mine » d’informations naturelles . Merci

    1. Bonjour Magali,

      Quel retour ! Merci ! C’est touchant et motivant à la fois de voir que nos articles peuvent réellement aider nos lecteurs.
      C’est notre souhait le plus cher.

      Belle journée !
      Anne & William

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×

Panier