fbpx

un pays, un secret de beauté : tour du monde des cosmétiques

dessin beauté
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Il ne fut pas un temps, il ne fut pas un endroit sur le globe, où la beauté n’a pas un jour, revêtu un caractère presque obsessionnel. Des tribus isolées d’Amazonie aux boîtes de nuit new-yorkaise, chacune détenant son secret de beauté.

Mais comment pouvons-nous expliquer cette universalité du désir de beauté ?

Nous sommes en réalité inhibés, désamorcés, neutralisés, sous l’emprise de l’esthétisme des belles personnes. Et cela bien plus que nous osons l’admettre et beaucoup plus que nous ne saurions l’imaginer. La beauté est en réalité un pouvoir qui nous échappe.

Quand, durant une expérience, des nourrissons âgés de trois jours ont été exposés, à différentes photos de visages féminins qui, préalablement testés auprès d’un groupe d’adultes, étaient considérés comme beaux par opposition à d’autres, les résultats furent étonnants, voir glaçants.

Dès trois jours, les bébés fixent plus longtemps les jolis visages que les autres. C’est l’insondable pouvoir de la beauté.

Les hommes et les femmes à travers le monde tentent de maîtriser ce sortilège à travers des rituels de beauté qui leurs sont propres. Partons à travers le monde les découvrir.

La folie du collagène alimentaire pour une “peau velouté”, secret de beauté des femmes japonaises.

Un ami, qui voyage régulièrement au Japon, m’a personnellement rapporté le fait suivant :

Quand je m’installe à une table de restaurant au Japon, je me retrouve souvent aux premières loges pour assister à un rituel des plus étrange. Il m’aura fallu quelques années avant de pouvoir élucider la chose. Mais en effet, quand les jeunes filles commandent du thon cru, elle s’affrontent régulièrement au « shifumi » pour déterminer celle qui aura le privilège de déguster la moelle épinière de l’arête centrale du poisson.

Gustativement, ce met ne semble pourtant pas avoir d’intérêt particulier. Non la solution à l’énigme est tout autre. En réalité, c’est le collagène contenu dans l’arête qui est particulièrement prisée.

Un peu de science pour nous éclairer : Le collagène (dérivé du grec kolla , qui signifie « colle ») est la protéine la plus abondante dans le corps humain. Composant principal du tissu conjonctif, il cimente les cellules et donne à la peau sa structure et son élasticité.

Ce phénomène s’étant rapidement répandu, partout au pays, un nombre croissant de restaurants dit, « de beauté », se consacrent spécifiquement à la préparation de plats au collagène dans lesquels des morceaux clairs de la protéine translucide et insipide sont fondus pour former un mélange de légumes, de viande ou de poisson.

Les plats naturellement riches en collagène, tels que les pieds de porc, les ailerons de requin et la peau de poulet, ont également gagné en popularité et apparaissent au menu des restaurants en tant que spécialités anti-âge.

dessin boucherie

Si vous avez la chance de découvrir le Japon, ne vous étonnez donc pas d’observer de jeunes japonaises se délecter de bouillon de cartilage de porc, le tout « marketé » en tant que spécialité anti-âge.
Qu’on valide ou non ce secret de beauté, il a le mérite d’être original !

Polynésie : Le Monoï bien plus qu’une huile solaire.

A Tahiti, les fleurs sont présentent partout : sur les fameuses chemises tahitiennes ou encore dans les couronnes et colliers de fleurs que tressent les femmes. Mais une seule d’entre elles s’est érigée au rang de symbole local.

Si vous vous attardez au marché municipal de Papeete, vous pourrez vous imprégner des odeurs de poissons, de fruits exotiques et de fleurs fraîchement coupées. Parmi ces fleurs, une émerge de la masse. Ses coroles blanches en forme d’étoile ainsi que son parfum prononcé la rendent unique : c’est la fleur de tiaré.

Vous ne trouverez une maison, une école, un bâtiment administratif qui ne possède pas son pied de fleur de tiaré. Une fleur qui ne peut vivre qu’à Tahiti sous un soleil quasi permanent.

Plongez ces fleurs de tiaré dans de l’huile de coco, faites macérer le tout pendant 10 jours à l’air libre, filtrez l’ensemble. Vous obtiendrez alors, le non moins célèbre monoï qui aura marqué l’inconscient de tous les vacanciers des années 70 et après.

 

monoï dessin

Le petit flacon de verre dont le liquide se fige au-dessous de 25 degrés est directement associé, dans l’esprit collectif, à une huile solaire. Pourtant il n’a jamais été utilisé à ces fins par les tahitiennes et tahitiens car en réalité il recèle bien d’autres bienfaits.

Véritable secret de beauté des Polynésiens, ils l’utilisent quotidiennement pour hydrater, soigner, réparer et nourrir la peau et les cheveux depuis des millénaires.

Quelques gouttes d’huile de monoï dans l’eau du bain ou dans votre lait corporel, vous permettront de retrouver une peau douce et plus élastique.

En soin de jour ou de nuit, il soigne les peaux sèches, répare les crevasses et soulage les gerçures.
 

En soin capillaire, il nourrit les cheveux en profondeur et les rend plus forts, plus brillants et plus lisses.

En outre, un soin à tout faire, qui fera à coup sur de la place dans vos placards !

Birmanie : Le tanaka, secret de beauté bien gardé.

C’est peut être la première chose qui nous saute aux yeux en arrivant en Birmanie. Presque toutes les femmes arborent sur leur visage, ce qui semble être en premier lieu, des peintures couleur crème parfois grossièrement appliquées.

Ces peintures sont d’ailleurs aussi omniprésentes sur les visages birmans que les sarongs colorés autour de leur taille.

De première abord, on aurait envie de penser à des peintures tribales aux significations mystiques échappant à notre compréhension occidentale.

Mais il en est rien, son utilisation va au-delà des ethnies et des croyances religieuses car il s’agit en réalité d’une véritable panacée d’entretien de la peau. Ces propriétés sont innombrables. Antiride, hydratant et astringent, il protège aussi des brûlures du soleil et agit contre l’acné et les mycoses.

Fabriqué à partir de l’écorce de l’arbre à thanaka, son parfum délicatement citronné ainsi que sa texture rafraîchissante en font un secret de beauté très intimement lié à la vie quotidienne des birmans.

D’ailleurs, si vous arpentez les marchés birmans, vous observerez certainement un pèlerin assis, broyant de petits morceaux de ce bois parfumé sur une dalle de pierre mouillé,  utilisant un mouvement de main tourbillonnant ressemblant à celui de la fabrication des crêpes.

La fascinante beauté des indiennes.

La mariée, au milieu d’une foule composée de ses amies et de ses proches, s’étalant généreusement une pâte de couleur or sur le visage. Aussi étrange que cela puisse nous paraître, cette cérémonie n’est pourtant, aucunement dénuée de sens.

Il s’agit en réalité de la cérémonie du “haldi” consistant à préparer la peau de la mariée à la vue de son future mari.

Composé principalement de curcuma, la mixture donnera quelques heures plus tard, une douceur et un éclat à la peau de la marié difficilement égalable par nos cosmétiques occidentaux.

 

dessin indienne

Mais le curcuma ne se cantonne pas au rituel prénuptial, c’est tout un symbole lumineux et sacré. Petite tâche solaire porte-bonheur apposée sur le front des nouveau-nés, remède médicinale à la réputation certaine, épice culinaire et secret de beauté des indiennes transmis de génération en génération.

Depuis toujours, les indiens lui connaissent quantité de vertus : anti-rides, hydratantes, purifiantes, anti-cerne, anti-acnéique, cicatrisantes, anti-eczéma et psoriasis,  ce que l’Occident a découvert que très tardivement, lui consacrant subitement plus de 3 000 études scientifiques en moins de vingt-cinq ans.

De la même manière que les indiennes vous pouvez redonner de l’éclat à votre peau en mélangeant 1 cuillère à café de poudre de curcuma avec suffisamment de yaourt et de miel pour obtenir une pâte épaisse. Appliquez le mélange sur votre visage pendant 15 minutes ou jusqu’à ce qu’il soit sec, puis rincez. Vous ne serez pas déçu du résultat !

 

Si vous avez aimé cet article, nous vous invitons à nous suivre sur Facebook !

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×

Panier